logotype
image1 image2 image5 image6 image7 image8 image9 image10

PCSI du Jura :  historique

 

 

Les origines du Parti chrétien-social

Après la Seconde Guerre mondiale les idées sociales sont à l’ordre du jour, même dans l’Eglise. On se rappellera l’encyclique Rerum novarum du Pape Léon XIII en 1891. La victoire du communisme international d’autre part provoque la social-démocratie à relever aussi le défi. Le Parti conservateur catholique suisse réagit alors en changeant son nom en Parti Chrétien-social puis Parti démocratique chrétien (PDC). Mais ce virage n’est que de façade : certains notables dirigent toujours la manœuvre. A l’aile gauche de ce parti naissent des velléités de s’imposer, comme en Valais et à Fribourg, pour ne parler que de la Romandie. Dans le premier, la tendance chrétienne-sociale demeure une aile gauche du parti traditionnel. A Fribourg naît une scission, avec la création du Parti indépendant chrétien-social fribourgeois, le PICS. Dans le Jura, où les ténors du PDC sont plus conservateurs que chrétiens, naît la même tendance.

 

 

Naissance du PCSI jurassien

La première section locale du PCSI – Parti chrétien-social indépendant – voit le jour en 1956, au Noirmont, grâce à l’initiative de Marcel Gogniat, Raphaël Willemin, Hilaire Gigon et Jean-Pierre Frésard qui veulent une politique nouvelle mettant l’accent sur des réformes sociales inspirées d’un véritable esprit chrétien.

Le 14 septembre 1957, les sections de Bassecourt, de Delémont et de Vicques décident la création de la Fédération du district de Delémont du PCSI et c’est le dimanche 26 janvier 1958 qu’elle est proclamée avec plus de 120 personnes réunies au restaurant Central, à Delémont. Un parti est né qui prend plus tard le nom de Parti chrétien-social indépendant (PCSI).

 

 

Premier succès électoral et engagement séparatiste clair

En mai 1958, quatre mois après sa fondation officielle, le PCSI enlève de haute lutte un des cinq sièges du district au Grand Conseil bernois : Joseph Schaffter, premier président du PCSI du Jura,  est élu député.

Une des raisons qui ont favorisé la création du nouveau parti a été de mettre en pratique l’engagement du citoyen sur le plan politique. Les chrétiens-sociaux voulaient militer dans un parti où les consignes ne sont plus données par un petit groupe de notables de style 1900, mais où chacun aurait le droit de s’exprimer. Ils auront rapidement l’occasion de s’affirmer. En effet, la Question jurassienne entre alors dans une phase aiguë et, dans la lutte pour l’indépendance, ils s’aperçoivent que les partis, PDC compris, n’osent pas prendre position. Au contraire, le PCSI et ses membres font preuve dès le début d’un engagement total pour l’idéal de leur petit pays.

 

 

Un bel essor

La force de son engagement pour l’amélioration des conditions sociales et économiques des plus démunis tout comme une position sans équivoque dans la Question jurassienne vaut au PCSI un succès sans précédent, concrétisé dans la fondation de nombreuses sections.

Dans le district de Delémont, les sections de Courroux, Soyhières, Develier, Courrendlin, Courfaivre, et Glovelier rejoignent les fondatrices de Delémont, Vicques et Bassecourt.

Aux  Franches-Montagnes, celles des Genevez, des Breuleux, des Bois, et, plus tard, de Saignelégier, s’ajoutent à celle du Noirmont.  L’ardeur des chrétiens-sociaux dans l’opposition au projet de place d’armes et dans la Question jurassienne tisse le succès du PCSI qui s’impose comme second parti du district jusqu’à l’entrée en souveraineté du canton du Jura.

Dans le district de Porrentruy, la section aînée de Boncourt est rejointe par celles de Coeuve, Porrentruy et Alle.

De plus, le PCSI dispose aussi d’élus communaux ou au Parlement dans des communes sans sections constituées, comme aux  Pommerats,  à Undervelier, Rebeuvelier, Grandfontaine, Cornol,  Ocourt

 

 

Un conseiller national et un ministre

Dans les « années de braises », à l’entrée en souveraineté du canton du Jura, le PCSI est même parvenu à élire Gabriel Roy, des Breuleux, au Conseil national, grâce à une alliance séparatiste de gauche, qui ne s’est pas renouvelée par la suite, la normalisation partisane prenant le dessus sur l’engagement autonomiste.

Cerise sur le gâteau, le chrétien-social indépendant Jean-Pierre Beuret, brillamment élu, figure dans le quinté du premier gouvernement de la jeune République où il engage toute sa jeune énergie durant quatre législatures.




Au Conseil national

   

† Gabriel Roy

 

1979 – 1983

     

Au Grand Conseil bernois

   

† Joseph Schaffter

 

1958 – 1974

Michel Gury

 

1974 – 1978

† Adrien Schaffner

 

1974 – 1978

     

Au Gouvernement jurassien

   

Jean-Pierre Beuret

 

1979 – 1994

Laurent Schaffter

 

2003 – 2010

David Eray

 

2015 

     

Les maires

   

Bassecourt

Françoise Cattin

2001 – 2012

Boncourt

François Rossé

1972 – 1984

 

† Hugues Plomb

1993 – 2003

Bourrignon

† Ernest Theurillat

1978 – 1984

Coeuve

Michel Bernard

1981 – 1992

 

Jean-Bernard Chavanne

2001 – 2011

Cornol

Francis Beuchat

1992 – 1995

Courfaivre

Denis Ioset

1979 – 1983

 

Pierre Tendon

1993 – 2004

Delémont

Damien Chappuis

2015

Develier

† Bernard Chappuis

1964 – 1972

 

Robert Fleury

1977 – 1983

 

Philippe Veya

1984 – 1992

Glovelier

Roland Michel

1997 – 2003

Haute-Sorne

Jean-Bernard Vallat

2013 –

Les Breuleux

Jean-Michel Boillat

1980 – 1984

Les Genevez

Jean Humair

1991 – 1994

Le Noirmont

Marcel Gogniat

1965 – 1968

1973 – 1977

Les Pommerats

Lucien Dubail

1998 – 2008

Ocourt

Christophe Theurillat

2001 – 2005

Rebeuvelier

Vincent Eggenschwiler

2005 –

Soyhières

Bernard Kohler

1996 – 1999

Undervelier

† Adrien Maître

1964 – 1966

Vermes

† Pierre Biedermann

1973 – 1980

Vicques

Suzanne Maître

2005 – 2012

     

Délégués à l’Assemblée interjurassienne

   

Maxime Jeanbourquin

1994 – 1998

 

Dominique Hubleur

1999 – 2003

 

Pascal Henzelin

2004 – 2005

 

Michel Jobin

2005 – 2012

 

Marcel Humair

2012 – 2013

 

Suzanne Maître

2013 –

 
     

Députés et suppléants au Parlement jurassien

   
 

Suppléant

Député

Nicolas Babey

2002 – 2005

 

Francis Beuchat

2002

2010 – 2011

2002 – 2006

Géraldine Beuchat-Willemin

2010 – 2012

2013 –

Jean-Marie Beuchat

 

1986 – 1998

†André Biedermann

1979

1979 – 1990

†René Bilat

 

1979 – 1983

Paul Boillat

1996 – 1998

 

Simone Bouillaud

 

1986 – 1990

Marcel Brêchet

 

1979 – 1983

Françoise Cattin

1990 – 1994

1994 – 2002

2006 – 2013

Gérard Cattin

1984

1984 – 1986

Marc Cattin

2006 – 2010

2012

2012 – 2015

Pierre-Olivier Cattin

2006 – 2012

 

Roland Cattin

 

1999 – 2000

Blaise Schüll

2015   

Sabine Cattin-Clémence

 

2006 – 2008

Damien Chappuis

2006 – 2010

2010 –

Quentin Chappuis

2010 – 2012

 

Denise Christe

1996 – 1998

 

Odile Clémence

1984 – 1986

 

Lucien Dubail

1990

1995 – 1996

1996 – 2001

Philippe Eggertswiler

2015 

 

David Eray

2008 – 2010

2010 – 2015

†Marcel Frésard (président en 1991)

 

1983 – 1994

Michel Frésard

1994 – 1995

 

Gabriel Friche

2013 –

 

Daniel Gerber

 

1979 – 1990

Victor Giordano

 

1979 – 1990

Michel Gury

 

1979 – 1986

Patrick Haas

2012 – 2014

 

Quentin Haas

2014 – 2015

2015 

Vincent Hennin

 

2015 

Pascal Henzelin

2005 – 2006

 

†Auguste Hoffmeyer (président en 1981)

 

1979 – 1981

Gréty Hoffmeyer

1983 – 1985

1985 – 1994

Daniel Hubleur

1990 – 1995

1995 – 2001

Dominique Hubleur

1985 – 1992

 

Yvonne Jallon

1983 – 1990

 

Roger Jardin Junior

1990 – 1993

1994 – 1999

Maxime Jeanbourquin

1998 – 2001

2001 – 2009

Michel Jeandupeux

2002

 

Michel Jobin

1994

1994 – 2005

†Jean Keller

1983

 

Madeleine Koller

 

1979 – 1983

Monika Kornmayer

2015   

Guillaume Lachat

2009 – 2012

 

Nicole Lachat

2000 – 2002

2006

 

Claude Laville (président en 1997)

 

1990 – 2002

Henri Loviat

 

1998 – 2004

Frédéric Lovis

 

2006 –

Suzanne Maître

2004 – 2006

2006 – 2010

2015 

Philippe Martinoli

 

1990 – 1995

Gérald Membrez

2012 –

 

Jean-Paul Miserez

 

2002 – 2013

Vérène Nagel

1979 – 1985

 

Marcel Nusbaumer

1997 – 1998

 

Jean-Marie Ory (président en 1986)

1981 – 1983

1983 – 1993

Pierre Philippe

1979 – 1983

 

Pascal Prince

1998 – 1999

2002 – 2004

1999 – 2002

2004 – 2010

Philippe Rottet

1998 – 2002

 

†Gabriel Roy

 

1979

Clément Saucy

1979 – 1984

1984

†Adrien Schaffner

1979 – 1981

1981 – 1985

Laurent Schaffter

2002

1993 – 2002

Thomas Schaffter

 

2015 

Josy Simon

2006 – 2010

 

Rose-Marie Studer

1985 – 1990

1994 – 1996

1990 – 1994

Vincent Theurillat (président en 2002)

 

1994 – 2006

Bernard Tonnerre

 

2002 – 2015

Jean-Daniel Tschan

2012 – 2015

2015 

Vincent Wermeille (président en 2009)

1986 – 1990

1990 – 1996

2002 – 2015

Bruno Willemin

2001 – 2002

2002 – 2006

2002

Jean-Jacques Zuber

2002 – 2006

2006

 

2017  PCSI  ©