logotype
image1 image2 image5 image6 image7 image8 image9 image10

Communiqué de presse – mercredi 11 mai 2016

Le PCSI s’est réuni en assemblée mardi soir à Bassecourt en vue de se déterminer sur les votations qui seront soumises au peuple le 5 juin prochain. La quarantaine de personnes présentes s’est prononcée sur les objets fédéraux et cantonaux après la présentation et l’ouverture du débat sur chacun d’entre eux.

Ainsi, pour les objets fédéraux, l’assemblée recommande d’accepter la loi sur l’asile, la loi fédérale sur la procréation médicalement assistée, ainsi que l’initiative pour un revenu de base inconditionnel (RBI). Pour ce dernier objet, c’est « l’opportunité humaniste » et le caractère original d'un nouveau modèle de société proposés par l’initiative qui l’ont emporté sur les conséquences financières pourtant encore floues.

Le PCSI recommande également de refuser l’initiative pour un financement équitable des transports ainsi que l’initiative « pro service public », qui selon les conclusions tirées après d’intenses discussions, pointe un réel problème mais ne convainc pas dans la manière d’y remédier.

Enfin, le parti recommande d’accepter la modification de la Constitution jurassienne visant à faire passer de 8 à 5 le nombre de communes pouvant demander un référendum ou faire usage du droit d’initiative.

PCSI Jura

 

Communiqué de presse
Loi sur le salaire minimum cantonal : occasion manquée !

Lors de l’ouverture du point sur la Loi sur le salaire minimum ce jour au Parlement jurassien, le Parti Chrétien-Social Indépendant (PCSI) a proposé une motion d’ordre visant à reporter ce sujet compte tenu des amendements de dernière minute déposés par le groupe socialiste, permettant d’entrevoir un compromis en se basant essentiellement sur les accords de branche et les conventions collectives.

Mais pour respecter le processus parlementaire, le groupe PCSI a estimé qu’un report de l’adoption de la Loi sur le salaire minimum cantonal était indispensable, pour donner une chance à cette loi d’aboutir, en respect du vote populaire en faveur d’un salaire minimum dans le Jura. En refusant la motion d’ordre du PCSI, les groupes parlementaires et le PS en particulier, ont définitivement enterré toutes chances de trouver un compromis, permettant de garantir des salaires décents dans le Jura.

Cette attitude s’apparente malheureusement à la politique de l’autruche. Les refus successifs d’entrée en matière sur cette Loi au Parlement jurassien sonnent le glas de l’introduction de conditions de vie décentes pour les Jurassiennes et les Jurassiens les plus démunis, ce qui est particulièrement regrettable. Quel que soit la suite donnée à ce malheureux blocage, le groupe PCSI restera vigilant et participera activement à la recherche d’un consensus, particulièrement au travers des conventions collectives et ce dans l’intérêts des Jurassiennes et des Jurassiens.

Pour le Groupe parlementaire PCSI et le PCSI Jura

Géraldine Beuchat - Thomas Schaffter

Delémont, le 27 avril 2016.

Parlement jurassien : PCSI et commissions

 

Le 16 décembre 2015, le Parlement jurassien a désigné les membres et présidents de ses commissions permanentes. La présence du PCSI dans ces organes est la suivante :

 

Commission de gestion et des finances (CGF) :

  • Géraldine Beuchat, membre (m)
  • Damien Chappuis, remplaçant (r)

Environnement & Equipement :

  • Gabriel Friche (m)
  • Vincent Hennin (r)

Justice :

  • Blaise Schüll (m)
  • Philippe Eggertswyler (r)

Affaires extérieures et formation :

  • Thomas Schaffter (m)
  • Monika Kornmayer (r)

Economie :

  • Jean-Daniel Tschan (m)
  • Fred Lovis (r)

Santé & affaires sociales :

  • Suzanne Maître, présidente
  • Quentin Haas (r)

Assemblée parlementaire de la francophonie (APF) :

  • Géraldine Beuchat (m)
  • Quentin Haas (m)

Vice-président du Parlement (2016) :

  • Fred Lovis

Secrétaire du Parlement jurassien :

  • Jean-Baptiste Maître (PCSI)

 

Enfin, le Gouvernement s’est réparti les départements en accord unanime : David Eray est chef du Département de l’Environnement (avec Transports et énergie).

Bienvenue au nouveau groupe parlementaire

 

Bienvenue au nouveau groupe parlementaire, grand merci aux députés sortants, bon vent à notre ministre David Eray !

 

Mercredi 9 décembre passé,  s’est achevée  la législature 2011 – 2015. Les députés désignés par le souverain pour cette période ont donc vécu leurs dernières séances de groupe et leur ultime session plénière.

Le PCSI remercie les députés achevant leur mandat pour l’engagement consenti et le travail fourni dans l’étude des dossiers et les prises de position qui ont permis au PCSI de promouvoir ses valeurs humaines et sociales dans la gestion des affaires cantonales.  Une reconnaissance particulière va à Fred Lovis et à David Eray qui ont présidé le groupe pendant cette période.

Quant à la nouvelle députation nouvellement élue nous lui souhaitons une cordiale bienvenue, ainsi qu’enthousiasme, ténacité et plaisir dans l’exercice fructueux de leur mandat.

Nos vœux de succès et de plaisir s’adressent également à David Eray, brillamment élu au Gouvernement, qui saura, avec ses quatre collègues,  gérer les affaires de l’Etat dans le sens de l’équité et de l’efficacité au bénéfice de tous les Jurassiens.

 

Lien : Composition PCSI

Combattre la pauvreté

 

La pauvreté revêt de nombreuses formes, souvent peu visibles.

Les familles qui y sont confrontées la vivent dans la plus grande discrétion. Elles n’osent pas avouer les fins de mois difficiles, les nombreuses renonciations, la gêne de recevoir de l’aide, si modeste soit-elle. Faire appel à l’aide sociale semble impossible, ou demande un effort trop grand. Il faudra remplir des papiers, répondre à des questions, être catalogué par les voisins.

Pourtant nous rencontrons chaque jour des familles qui connaissent de telles situations. Sans le savoir, peut-être même sans vouloir le voir !

Une campagne très à propos menée par Caritas et relayée en particulier par un grand distributeur nous présente des situations de réelle misère. Relevons en particulier le cas des familles où un ou les parents travaillent, mais dont les salaires ne suffisent pourtant pas à faire vivre une famille de cinq personnes, même avec les allocations familiales. C’est aussi le cas de trop nombreuses familles monoparentales pour lesquelles les salaires et même les pensions alimentaires sont inférieures au minimum vital

 

Quel est le risque de pauvreté pour les familles ?

En Suisse, malgré notre richesse apparente, quelque 250'000 parents et enfants vivent sous le seuil de pauvreté. A Delémont, en 2012, 202 contribuables avec 1 enfant déclaraient moins de 40'000.- CHF de revenu fiscal. Pour le même montant, on trouve 144 contribuables avec 2 enfants et 51 avec 3 enfants et plus. Par rapport à d’autres pays, la Suisse consacre peu de moyens au soutien des familles. Les dépenses helvétiques pour les familles et les enfants représentent le 1,3% du PIB, contre 3,4% en Suède. Le combat contre la pauvreté des familles est un investissement pour l’avenir. C’est le moyen de donner aux enfants une prise en charge stimulante, dès leur plus jeune âge pour leur permettre d’atteindre un niveau de formation suffisant pour garantir leur autonomie.

 

Comment combattre cette pauvreté ?

La solidarité existe déjà en Suisse, fort heureusement. Les Cartons du cœur, les épiceries et autres aides de Caritas apportent des compléments de revenu indispensables. Et ces institutions peuvent intervenir grâce à l’appui appréciable de la population.

L’Etat doit lui aussi intervenir. Un des moyens consiste à introduire des prestations complémentaires pour les familles. Cela a déjà été fait dans d’autres cantons et est recommandé par la Conférence des directrices et directeurs cantonaux des affaires sociales (CSIAS). Dans le canton du Jura, le PCSI a déposé en 2011 un postulat demandait l’introduction de telles prestations complémentaires. Ce postulat a été accepté par 51 voix contre 5. Malheureusement, rien n’a été fait, malgré les situations de pauvreté familiale toujours plus évidente. Une initiative cantonale reprend ce sujet demandant de manière plus impérative l’introduction de cet aide qui devrait permettre aux familles d’assumer pleinement leur fonction.

A l’entrée de l’hiver, en plus de notre contribution aux associations caritatives, apportons notre signature au bas de l’initiative demandant l’introduction des prestations complémentaires pour les familles.

Suzanne Maitre, députée PCSI

Sous-catégories

2017  PCSI  ©