La démocratie bafouée


Indigne ! Révoltant ! Voici les premiers mots qui nous viennent à l’esprit ce matin en apprenant la décision de la préfecture de casser le vote démocratique des Prévôtois. Vote qui, rappelons-le, a été qualifié à plusieurs reprises d’un des plus surveillés de l’histoire de notre pays.

Passé cet effet de mauvaise surprise, on peut légitimement se demander comment a-t-on pu confier un dossier d’une telle importante à une autorité politique visiblement aussi peu neutre ? En effet, rappelons-le, Mme la préfète a été élue par les citoyens bernois sous la bannière du PLR. Parti qui est, on le sait, farouchement opposé au départ de notre cité. Il est également de notoriété publique qu’elle côtoie régulièrement, personnellement, les têtes de file du combat anti-séparatiste. On a ainsi pu la voir à de nombreuses reprises aux côtés de Manfred Bühler ou Pierre-Alain Schnegg, mais également aux côtés de l’un des recourant Patrick Roethlisberger.

Dans ces conditions Mme Niederhauser ne pouvait que prendre une décision orientée. Un tel conflit d’intérêts est parfaitement inadmissible pour une autorité qui se devrait d’être totalement impartiale, elle aurait dû se récuser dès la saisie du dossier.

Restons calmes, confiants et attendons maintenant qu’une véritable autorité judiciaire neutre se charge de cette affaire, ainsi le choix démocratique des Prévôtois pourra enfin être respecté et nous pourrons aller de l’avant vers notre destinée jurassienne.

Le 25 novembre prochain, les Prévôtois sauront montrer qu’ils veulent avancer et faire vivre leur ville en réélisant des autorités autonomistes et en renvoyant les mauvais perdants du 18 juin à leurs affaires.

PCSI Moutier
Par son président
Julien Berthold